ChroNycs
News From The West #18


Bonjour, bonjour…

Revoilà enfin, une fois de plus avec des délais inacceptables, votre chronique de San Diego préférée (là, je ne m’avance pas trop !). A propos des délais, ça va sans doute pas s’améliorer dans les semaines à venir, avec la Coupe du Monde, la villa, etc. Voir plus bas pour de plus amples explications, ne vendons pas la peau de l’ours avant que la pierre qui roule ne se brise (ou quelque chose comme cela).

Mais encore…

C’est fou ce que le temps passe tout de même… On essaie de se dire qu’on va garder le rythme d’écriture, profiter des temps libres pour visiter, se balader, etc., mais y’a rien à faire, ça va trop vite ! Ca me fait souvent penser à ce que l’on dit aux enfants quand ils s’embêtent, quand ils ne trouvent rien à faire… Et plus on grandit, plus on vieillit (on passe de grandir à vieillir à partir de quel âge au fait ? ! ?), plus le temps passe vite. C’est sans doute ce qu’Einstein appelait la relativité… Tout est relatif… Mais bref, une fois encore, je parviens à tenter d’essayer de peut-être parvenir à arriver à prendre quelques minutes de mon temps pour lancer ce 18ème opuscule des chronycs… Alors, on s’accroche, et c’est parti !

Racuspote de la maison, 5 centimes pour ta chanson !

Comme les lecteurs attentifs le savent, mon épouse adorée est volontaire, tous les matins, dans une petite école maternelle et primaire, de type Montessori (pour les spécialistes qui connaissent ; pour les autres, vous pouvez aller faire un tour sur http://www.amshq.org/). Bref, tous les matins, elle est donc immergée dans la jungle sauvage qui entoure l’enfance aux US… Parce qu’apparement, ça doit être une réelle jungle, extrêmement sauvage, au vu de toutes les lois, règlements, barrières et interdictions qui existent. Et bien entendu, quand on ne les connait pas, et bien ça peut surprendre… Et donc, tous les jours, Gaëlle est surprise par de nouvelles découvertes, de nouvelles surprises. On ne va pas les citer toutes, mais par exemple, on lui a récement fait remarquer qu’elle ne peut pas prendre un enfant (on parle de maternelle, vers les 3 ans) dans ses bras. Non, c’est sans doute exagéré. Chaque matin, les parents des enfants font un petit « état des lieux » de leur enfant (bleus, coups, griffes et autres). Et ils feront la même chose en fin de journée. Entre les deux, et bien les professeurs notent ce qui arrive à chaque enfant, les chutes, les coups et autres… Histoire d’éviter les plaintes… Facile.

Ce qui lui est arrivé il y a quelques semaines est encore plus choquant. En effet, elle arrivait à l’école, le matin. La voiture devant elle s’arrête, donc elle se prépare à la dépasser, croyant qu’elle allait se garer. Bien mal lui en pris, vu qu’il y avait un bus scolaire avec tous ses feux rouges clignotants (ce qui veut dire que tout le monde doit s’arrêter, parce que le bus débarque / embarque des enfants). Quand elle s’en rend compte, elle s’arrête tout de suite en comprenant pourquoi la voiture devant elle s’était arrêtée. Puis, quand le bus repart, elle va se garer et va à l’école. Plus tard, elle est appelée par la directrice, parce que la maman qui était dans la voiture devant elle a été lui dire, à la directrice, ce que Gaëlle avait fait… « Madame, madame, y"a Gaëlle qu"a fait une bêtise, elle doit aller dans le coin… ». Si au moins on pouvait porter plainte pour diffamation et gagner des millions (de dollars evidement). Nous, on trouve ça tout de même un peu limite…

Qui a dit que le milieu de l’immobilier est un monde d’escrocs… ?

Et bien voilà ! C’est fait. Enfin presque. C’est à quelques jours près maintenant. Mais c’est comme si c’était fait. Donc, nous sommes propriétaires d’une jolie et grande, que dis-je, immense maison, à San Diego. Et quand je dis immense, c’est pas une image… Pensez donc, près de 700 … pieds carrés (688 pour être exact), ou encore près de 65 mètre carrés. Sans étage. Mais un grand jardin, on vous rassure ! Comme ça, on peut toujours manger dehors, c’est déjà ça de pris ! Bon, outre le fait qu’elle soit minuscule, elle est jolie, ça c’est clair. Elle est extrêmement bien située (près du centre, près du parc, près du boulot pour continuer le vélo, quartier qui monte,…). Et puis il y a la terrasse (grande) et le jardin (grand aussi, surtout pour ce coin de la ville !). Et donc, histoire de remédier quelque peu à la petitesse, nous sommes déjà occupés à etudier les possibilités d’agrandissement, qui s’annoncent plutôt bien. De toute façon, on vous tiendra au courant. Ca nous permettra donc de prolonger notre immersion, et d’être confrontés à de nouvelles aventures :« Gaëlle & Nyc rencontrent le plombier » (note pour Hip et autres pervers : pas besoin de muser des musiques rythmées et simples, ça n’a rien à voir !), « Gaëlle & Nyc découvrent l"électricité » (promis, papa, je vais essayer de faire mieux qu’à la maison !), « Gaëlle & Nyc se battent avec leur nouveau plancher », etc. Ca va être bien. Normalement, sous peu, quelques photos vont pouvoir faire leur apparition sur le site, enfin, quand on dit sous peu, comme d’habitude, ça ne veut pas dire grand chose.

Pour le moment, nous sommes toujours dans notre appartement, pour encore deux ou trois semaines. On est dans la période dite d’ « escrow ». C’est pas nous qui l’inventons. C’est une période pendant laquelle on finalise les papiers, inspecte le tout, finalise le prêt, etc. Ceci dit, ça donne tout de même pas une superbe image de leur profession…

Qui veut gagner des millions… de procès !

Déformation habitationnelle ou pas, depuis quelques semaines, nous nous posons la question, de temps en temps, quand quelque chose arrive : « Est-ce que l"on pourrait porter plainte pour ça ? ». On ne peut pas mettre notre chat dans le micro-ondes, c’est trop tard. Se bruler avec du café, déjà vu. Dire qu’on a fait un accident parce que la voiture de derrière était plus proche qu’elle ne paraissait être dans le rétroviseur, plus possible. Eventuellement, s’endormir avec la tête dans le réfrigérateur, mais c’est même pas certain que ce n’est pas indiqué dans le mode d’emploi ! Bref, on n’a pas encore trouvé ce qui nous permettrait de vous payer à tous le trajet en avion jusqu’ici pour boire un verre, mais on continue à chercher. Si vous avez des idées… Celui qui à la meilleure idée pourra s’assoir à côté du pilote (à ce propos, ma licence arrive vraiment (cette fois-ci, vraiment de vrai de vrai) au bout !).

Et on dit que les italiens roulent mal…

Il y a une bonne semaine déjà (le temps passe vite, je vous le disais !), nous étions, mon épouse et moi-même, en visite à la côte Est. Nous voulions saluer la famille qui rentre au pays après trois ans de bons et loyaux services aux US, ainsi que des amis. Ce fût un week-end riche en enseignements divers… Que ce soit :

- sur les subtilités du base-ball (ma curve ball n’a plus aucun secret pour mon filleul !),
- sur les subtilités de la vie avec un(e) ado americano-française (par contre, très belle robe pour la prom, vraiment et excellent gateau aux fraises, merci Albane !),
- sur les subtiles négociations père-fils pour tondre la pelouse avant (qui se terminent d’ailleurs par « Bon, tu la tonds maintenant pour 10$ ou alors tu seras de toute façon obligé de le faire pour 5 avec une engueulade en prime ! », injuste les parents tout de mème, vivement la mondialisation dans les familles !),
- sur les aventures policières de la gente féminine (qui a pourtant tout essayé, comme dans les films, depuis la drague subtile jusqu’aux crises de larmes !),
- sur les heures sup’ à faire pour les « surcoûts » divers (cf. ligne ci-dessu !),
- etc.

La liste de nos aventures était chargée pour le week-end ! Mais le sommet a sans nul doute été la soirée de samedi, où nous avons essayé pour vous le « Demolition Derby ». Et c’est quelque chose. Alors la recette est la suivante : vous prenez un circuit automobile pas trop grand, en anneau (comme ils font beaucoup par ici), en terre (c’est plus marrant sans doute). Vous mettez du public autour (c’est pratique, comme c’est petit, genre une grande arène, on voit tout le circuit, pas comme à Francorchamps !). Ledit public est de préférence bien « redneck », soit uniquement blanc, bien du sud. Ensuite, vous faites tourner des voitures sur le circuit. Différentes sortes de voitures, plus ou moins « sérieuses », plus ou moins puissantes, plus ou moins extrêmement bruyantes. Enfin, pour terminer, après la course des voitures qui coûtent moins de 500 $ (condition de participation, avec un klaxon qui fonctionne), et bien on passe au vif du sujet : le « World Famous » ( ?) Demolition Derby. Les règles sont simples : la dernière voiture qui roule a gagné. C’est à voir une fois dans sa vie. Et si vous ne pouvez pas y aller, et bien comme la rédaction ne recule devant aucun sacrifice, quelques photos seront disponibles sous peu sur le site. Ca vaut la peine.

Une fois passée cette activités à haute teneur culturelle, le pic-nic, la piscine (parce qu’il fait chaud à Atlanta, y’a pas à dire, et encore il parait que ce n’était que de la bibine par rapport aux températures estivales !), et d’excellents repas (y compris du foie gras, ça faisait si longtemps !), et bien nous nous sommes baladés au festival de jazz avec Manu et Stan (nos amis qui vivent là-bas, et qui étaient venus nous dire bonjour le mois précédent). Là, le public était fort différent du samedi soir, vu que la majorité était noire. Mais il parait que c’est « normal » pour le Sud, où c’est un peu « chacun chez soi ».

Nous avons passé notre dernière soirée de week-end chez Manu et Stan. On le regrette presque, parce qu’on se demande vraiment comment on va pouvoir vivre dans notre maison, quand on a vu la belle et grande maison qu’ils ont… On arrivera vraiment pas à caser tous nos meubles. C’est pas bon pour le moral de voir de telles choses. Une bien belle maison. Et un bien bon américain frites d’ailleurs ! Avec un bien bon Orval. Bref, un excellent week-end !

Et il est où Roger Laboureur ?

Mais maintenant, fini de rire ! On se concentre… Le Mundial a commencé. Les nuits sont de plus en plus courtes (les matchs sont ici entre 22h30 et 6h00 du matin, pas simple !). Et on se sent parfois un peu seul concerné, vu que le football (le vrai, le notre) est plutôt un sport de bonne femmes (rien de péjoratif, je vous assure) par ici. Ca fait d’ailleurs drôle, dans les stades, d’entre une mutlitudes de cris stridents et aigus, qui font mal aux oreilles. Cela change fortement des beaux chants virils des supporters masculins… Ceci dit, que cela ne nous distraie pas de notre concentration, et Anderlecht champion ! Euh, sans doute, mais pour le moment, c’est Belgique Champion ! Et vive les diap’ !

Pour faire passer les longues soirées d’hiver…

Rapidement, histoire de vous présenter les émissions qui peupleront les foyers américains pour les mois à venir. Nous en avons épinglé deux pour le moment : « Bachelorettes in Alaska », qui montre 5 femmes qui partent en Alaska pour se chercher un mari, parmi 50 hommes qu’on leur présente. Il s’agit d’un jeu, pas d’un feuilleton ! Donc, les 5 femmes sont des candidates, qui peuvent « essayer » une série d’hommes (consentants cela va de soi), et l’émission se terminera apparement par les mariages… Aterrant une fois de plus. Autre émission, « American Idol », un peu genre « Star Academy », où ils vont sélectioner, parmi des dizaine de milliers de postulants, un ou une chanteur(se) qui deviendra une star. Rien de très surprenant, sinon qu’ici, tout est mis sur les auditions, où le « jury » de pros détruit les candidats (« tu as réussi en 2 minutes à détruire la plus belle chanson du monde », « c’était tout simplement atroce », « je propose que pour le bien de ton entourage, tu ne chantes plus jamais », etc.). On ne vous raconte pas les crises de larmes et autres, le tout devant les caméras, bien entendu.

Voilà. Cela termine donc notre 18ème chronyc… Il est fort possible que les listes de distributions aient fortement changé. En effet, pas mal de problèmes de PC ont fait que toutes les adresses ont été perdues. Donc, si vous entendes des gens se plaindre parce qu’ils ne recoivent plus ces chronycs, dites-le moi, je corrigerai. Si par contre c’est la première fois que vous recevez ceci, et bien vous pouvez soit vous désinscrire (dites-le moi), soit aller sur le site pour voir les archives (les 17 épisodes précédents, des photos, etc.). Sinon, on espère que vous allez toutes et tous bien, et on vous attend bientôt dans notre belle et grande maison ! Les photos arrivent, c’est promis. Bisous,

Gaëlle et Nyc

p.s.: Pour rappel, l'adresse du site (chronycs, photos, musique, autres…) est toujours la même:
http://www.aberdeen.be/chronyc/


Télécharger l'épisode #18
Episode Suivant (#19)
Retour à la page principale



Création: Nyc - 05/07/2001
Dernière révision: 06/03/2002